C'est avec beaucoup de bonheur et d'émotion que je partage avec vous les mots d'un ami cher, un poète disparu qui savait entrelacer les mots et les images avec beaucoup d'intelligence et de délicatesse... Son chien Flip l'accompagnait dans ses promenades, et inspirait aussi sa plume...

 

Ces derniers temps

Entre les arbres et les buis

Je rencontre souvent le vent

C'est un être étrange aux multiples visages

 

Il y a le vent gamin, qui maraude les pommes de pin

Le vent vilain qui des nuages fait le plein

Pixabay vent-1Le vent bouffon, qui défait les chignons

Le vent grave qui dit des secrets aux arbres

Le vent hautain : il passe, son but est lointain

 

Celui qui rêve d'une saison qui s'achève

Qui joue à vous caresser la joue

Le vent poète qui fait tourner la tête

Et celui qui jalouse la faisane qui glousse

 

Le vent qui déchire les nuages dont le ciel voudrait se vêtir

Et celui qui galope d'un arbre à l'autre et fait "hop"!

Le vent indiscret : il soulève les pétales des bleuets

Celui qui gifle les nez qui reniflent

Et coupe aux graminées, la houppe

Celui qui fouette l'imagination du poète

 

Voici les vents que j'ai rencontrés

Flip m'en a saisi quelques-uns à la course

Les autres se sont pris dans les lacets de mes souliers

Certains, pas très malins, sont entrés dans mes poches

D'autres se sont présentés d'eux-mêmes

 

C'est, que vous  voyez

Ils étaient fiers de souffler dans ma plume

Et d'aller, sans s'essouffler

Vous rentre visite aux frais des PTT !

Ouf... ces divagations en l'air m'ont coupé le souffle...

Jean Comtesse